Bilan matériel : les duvets

Pour rappel il s’agit de duvets Alpkit Pipedream 600. 600 car 600 grammes de plumes à l’intérieur pour un poids total inférieur à 1kg.
Ils sont très gonflants, le tissu est agréable même si on a toujours dormi avec un sac de soie (pour pouvoir le laver alors que laver le duvet en voyage c’est pas trop possible), leur taille bien adaptée (je fais 1,80m) et le gonflant de la plume est très bon. La qualité de fabrication très correcte pour le prix (faits en Chine mais 2 fois moins chers que les Valandré ou Triple zéro). La fragilité est présente, c’est une constante de  « l’ultralight » mais pas de souci particulier à signaler quand on est soigneux.
Côté température limite, comme pour tous les duvets il faut les prendre avec beaucoup de pincettes car ça dépend grandement du contexte, de la personne, des vêtements supplémentaires… Alpkit ne communique sur aucune température au moins c’est clair, mais sur le net on trouve l’info qu’avec cette quantité de plumes de cette qualité on peut dormir jusqu’autour de -4°C sans souci.
En pratique on dirait plutôt 0°C.
Pour ceux qui ont suivi on vous a dit qu’on a affronté des températures jusqu’à -7°C (Serbie, Grèce, …) sauf qu’il s’agit de la température à l’extérieur de la tente. La tente coupe bien du vent et permet d’obtenir des températures autour de -2°C « seulement ».
Lors de ces températures minimales, nous dormions avec t-shirt en laine, polaire, doudoune, bonnet, … bref nos vêtements les plus chauds + le duvet.
Alors le bilan est double :
– ça s’est au final toujours révélé suffisant par rapport aux situations que nous avons affronté, donc pourquoi prendre plus ? Associer vêtements chauds + duvet « un peu limite » est une manière intelligente de limiter le poids.
– on a donc parfois été un peu limites, surtout avec très peu de marge. Avec le peu de vêtements que nous avions s’il faisait vraiment plus froid il nous restait un ou deux t-shirts à rajouter mais c’est tout. S’il avait fait -10°C dans la tente on aurait probablement passé une mauvaise nuit.

Alors faut-il prévoir un duvet plus chaud ? Il existe un PipeDream 800 avec donc comme son nom l’indique 200 grammes de plus de duvet, ça aurait pu être un choix judicieux pour qui veut s’assurer de bien dormir quelle que soit la situation…
Dans l’autre sens, peut-on avoir trop chaud ? En pratique il est plus simple d’ouvrir le duvet en deux (donc un modèle qui s’ouvre jusqu’en bas est indispensable) et s’en servir de couverture. C’est alors assez simple de sortir un bras ou un pied si on a trop chaud. Ensuite passé une certaine température on peut dormir simplement dans le sac de soie, ou carrément sans rien. Bref c’est plus simple dans ce sens.

Bilan : on reprendrait la même marque/modèle mais en se creusant la tête sur la quantité de plumes : 600 ou 800 grammes ? Eventuellement asymétriser car Hélène est plus frileuse que moi…

Cette entrée a été publiée dans Matériel. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.