Bilan matériel : les couteaux – le multitool

Pour rappel, après beaucoup de réflexions nous étions partis avec un couteau suisse Victorinox « moyen » et un petit couteau fixe ESEE Izula.

Encore un sujet qui nous a fait réfléchir pendant le voyage…

Globalement le choix était très pertinent : le petit Suisse a comme prévu servi pour la majorité des utilisations culinaires. Au delà de la lame, ce qui a le plus servi c’est la paire de ciseaux et le cure-dents ! Pour les tiques on a investi dans le tire-tiques, ça s’est avéré bien utile et rassurant.

L’Izula a servi pour le bricolage (tailler un bout de bois par exemple) et aussi régulièrement pour nettoyer le lieu de bivouac (gratouiller dans la terre pour couper une racine…)

L’izula et la scie du couteau Suisse ont apporté leur côté rassurant « en cas d’urgence » (couper/fendre du bois pour se faire un feu, un côté un peu dissuasif en cas d’agression…), avoir un deuxième couteau quand on mange quelque chose qui nécessite vraiment d’être coupé (rarissime dans les faits) et un backup en cas de casse de l’un ou de l’autre.

Mais… et bien oui il y a un « mais »… la pince du Leatherman nous a manqué quelques fois pour bricoler. Au final on s’en est toujours sortis autrement sans souci, et la fois où ça nous a vraiment manqué (pour un changement de chaîne, retirer le maillon rapide d’une chaîne bien usée nécessite des pinces) :
1/ il y avait quelqu’un qui avait une pince (un Leatherman)
2/ on s’est rendus compte plus tard qu’on aurait pu faire sauter un rivet avec le dérive-chaîne plutôt que de s’acharner sur le maillon rapide

On a aussi galéré une fois avec un câble de dérailleur, on en achète un neuf pour ensuite se rendre compte qu’on n’a rien pour le couper (vital pour le tandem qui a des câbles « démontables » mais pas pour un vélo normal pour lequel on enroule juste le surplus près du dérailleur). Bilan : direction un réparateur de vélos qui accepte de me prêter sa pince… Comme le câble était fatigué mais pas cassé on a pu prendre notre temps pour trouver un réparateur.

Bref un bilan mitigé, étant un fan de couteaux c’était pertinent de partir avec 2 et d’avoir un peu de marge pour le côté « survie » mais je crois que les ultralightistes pourraient facilement partir en couple avec un seul mini couteau Suisse (lame + ciseaux + tournevis plat/lime + pince à épiler/cure-dent = 23 grammes = modèle « Classic SD ») et ça serait suffisant.

Les compléments pertinents pourraient être une petite pince universelle : ça coûte rien, ça pince et coupe bien. Une petite scie est quand même aussi pratique donc finalement l’intégrer au couteau Suisse est une bonne idée aussi.

Ca nous amène aux autres outils, le notre c’était un multitool. Là encore bilan mitigé. On avait un bon multitool payé un bras et au final les clés allen ont bien morflé. Elles n’ont qu’une seule extrémité utilisable donc se fatiguent 2x plus qu’une petite clé seule. Il y a eu une fois où on a dû acheter une clé allen plus petite que la plus petite du multitool et surtout une fois où l’une des clés s’est tordue et dont l’extrémité s’est arrondie : multitool HS, il a fallu en racheter un neuf. Bref c’est lourd pour ce que c’est et je crois finalement qu’il est plus pertinent de partir avec les outils séparés dont on a besoin. En cas de casse il suffit de racheter un petit tournevis ou une clé allen (à voir si ça se trouve partout à l’unité) et on a moins de scrupules à les torturer (on peut même partir avec 2 exemplaires de la clé amenée à plus morfler).

Bilan :
Partir à la recherche d’un « bit holder » (tournevis à embout) costaux et le plus léger possible, je sais que ça existe sur base de clé allen (une grosse clé allen sur laquelle on fixe un genre de douille dans lequel on insère ensuite un embout de tournevis) mais je ne sais pas trop où trouver ça.
Idem pour une petite pince (ça c’est plus facile)
Etudier les Leatherman qui intègrent des « bits holder » ainsi que les gammes plus légères (Juice)

Mélanger tout ça avec les couteaux pour obtenir le meilleur ratio usages/poids.

PS : attention, ne confiez pas une pince coupante à une copilote de tandem lorsque ça fait 20km que vous cherchez un lieu pour bivouaquer et qu’à gauche et à droite de la route il y a des espaces magnifiques mais inaccessibles pour cause de grillage 😉

Cette entrée a été publiée dans Matériel. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.